programme agile game night

Agile game night : retours sur les jeux à utiliser en entreprise !

Le 23 janvier l’association Agile Nantes a organisé l’agile game night : une soirée entièrement dédiée aux jeux qui peuvent être utilisés en entreprise. Le programme s’est créé “en live” avec des personnes qui se portaient volontaires pour proposer des sujets. L’occasion de tester des choses et de découvrir d’autres pratiques enrichissantes. Je vous fait un récap des jeux auxquels j’ai pu participer.

Le programme créé le soir de l’agile game night

Note 1 : je viens tout juste de découvrir les jeux donc je ne les maîtrise pas bien. Je vais décrire ici ce que j’en ai compris et les utilisations possibles selon moi. N’hésitez pas à donner des compléments d’info en commentaire !

Note 2 : je n’ai pas pu mettre les noms des personnes qui nous ont présenté les jeux car sur le programme seulement les prénoms étaient affichés vu que l’évènement était auto-organisé.

Communication race

Le jeu consistait à dessiner un chateau à 8 personnes en même temps en tenant seulement les ficelles avec ce dispositif :

Dispositif du communication race

Les participants devaient donc se mettre d’accord en amont sur un plan d’action et savoir comment ils voyaient le chateau (en mode portrait, paysage ? Avec une porte ?…). Il y avait également une dimension de confiance entre les membres sur la direction à donner au stylo.

Je pense que cet exercice est intéressant pour du team-building et créer de la mise en confiance entre les différents membres d’une équipe. De même, un(e) manager d’équipe ne se retrouvera peut-être pas en lead sur cet exercice donc cela pourra permettre de mettre tout le monde sur un même pied d’égalité.

Le jeu s’appelle “race” car normalement il faut suivre un circuit. Voici un article qui en dit un peu plus.

Madame Irma et les cartes pour faire de l’idéation

Madame Irma c’était moi (démasquée) : pour ceux qui étaient là, j’ai également proposé un atelier concernant l’idéation avec des cartes.

J’ai proposé différents jeux à faire avec des cartes (PLEX cards, UX cards, Dixit et Pict-it, j’avais fait un article au sujet de ces dernières).

Je ne vais pas trop détailler ici l’utilisation des cartes car je compte faire un article entièrement dédié à ça (teasing !). En faisant court, on peut utiliser les cartes pour trouver des solutions à une problématique en les choisissant, en les piochant au hasard ou bien en les plaçant dans un ordre pour créer une histoire (début, milieu, fin).

Happy Salmon : l’energizer de folie !!!

J’ai également pu tester le jeu Happy Salmon qui a été vraiment un coup de coeur (je vais l’acheter car il est diablement efficace !).

jeu happy salmon
Les cartes du jeu Happy Salmon

Pour les ateliers qui s’endorment et si vous souhaitez réveiller les participants : je vous conseille ce jeu qui ne prend que 5min chrono.

Pour un set de jeu, il y a 6 paquets de cartes de couleurs différentes (il existe 2 sets de jeux sur le marché donc on peut proposer ce jeu jusqu’à 12 personnes) : chaque joueur a en sa possession un paquet de cartes d’une couleur qu’il tient dans sa main face cachée.

Le but du jeu est de se débarasser de toutes ses cartes. Pour se débarrasser d’une carte, le joueur doit la retourner et trouver une personne du groupe qui a la même carte et doit faire le geste indiqué sur la carte. Par exemple, j’ai la carte “high 5”, je dois trouver une personne qui l’a aussi et taper dans sa main pour faire “high 5” avec elle. Les 2 joueurs peuvent ensuite jeter la carte sur la table et piocher la carte suivante jusqu’à épuisement.

Quand on joue à ce jeu, tout le monde est surexcité et crie partout le nom de sa carte pour trouver un partenaire. Il peut également se faire en version silencieuse : là tous les joueurs miment le geste qu’ils recherchent. Le ridicule ne tue pas et ça fait du bien de rigoler sur un jeu aussi terre-à-terre qui permet aux participants de se remettre en mouvement !

Dessine moi une prairie

Pour ce jeu, les participants étaient divisés en quatre groupes : deux groupes avaient avec eux la consigne 1 pour dessiner une prairie et les deux autres groupes avaient la consigne 2. Voici les consignes données à chaque groupe :

Consigne 1 à gauche et consigne 2 à droite

Chaque groupe n’avait pas connaissance de ce que devaient faire les autres groupes. On avait 5min pour dessiner notre prairie.

Dessiner une prairie avec la consigne 2

On a ensuite comparé et vu ce qu’avaient fait ceux qui avaient eu la consigne 1 :

Dessiner une prairie avec la consigne 1

Ceux qui ont eu la consigne 1 n’avaient pas de vision globale et ont dessiné les éléments sans réellement lier l’ensemble. On pourrait apparenter cela à un projet ou chaque personne travaille sur un bout sans se soucier de pourquoi et de où on va.

Ceux qui avaient la consigne 2 ont une vision large du but à atteindre mais manquent peut-être d’indications précises sur les données exactes : combien de vaches doit-on dessiner quand on nous dit “quelques vaches” ?

J’ai trouvé cet exercice intéressant pour expliquer qu’il est important d’avoir avant tout une vision avant de débuter un projet sinon ça manquera de cohérence. Mais une fois la vision établie, il faut préciser chaque élément pour avoir un rendu au plus juste vis à vis des attentes.

Voici également un article plus détaillé sur cet exercice.

Le/la manager aveugle

Dernier exercice de la soirée à 22h30… qui nous a bien réveillé ! Pour cet atelier, 6 participants avaient des consignes secrètes et étaient placés aux extrémités de la pièce. La volontaire (en jaune sur la photo) devait se bander les yeux et être placée au milieu de la pièce.

Exercice 1 : chacun pour soi

Chaque manager devait appliquer sa consigne secrète dans un temps limité : par exemple, donner des ordres à la volontaire pour aller chercher une télécommande ou bien un aimant collé sur un tableau… Ce qu’il s’est passé c’est que chaque participant a hurlé plus fort que les autres pour que la volontaire l’écoute et applique sa consigne.

La volontaire a fait la girouette pendant un moment en écoutant les ordres de chacun et ne sachant pas qui écouter : elle n’avait pas conscience qu’ils avaient tous des consignes différentes. A la fin de l’exercice, elle a décidé d’écouter une seule personne et d’ignorer les autres.

manager aveugle
La volontaire (en jaune avec les yeux bandés) est perdue et ne sais pas qui écouter

Au final, une seule de toutes les consignes a été appliquée et les autres n’ont pas été prises en compte.

Exercice 2 : la coordination

Les guides devaient maintenant se mettre d’accord en amont pour se coordonner entre eux avant de donner des consignes à la volontaire : ils ont construit un plan d’action.

Au final, avec cette méthode, toutes les consignes ont été respectées dans le même temps imparti. On peut donc conclure que le meilleur moyen de manager est de s’accorder avec les autres managers avant de donner des consignes qui partent dans tous les sens ! 🙂

Voilà, le récap des exercices testés est terminé. J’espère que cela vous aura inspiré pour votre vie professionnelle et personnelle. Je tiens à remercier tous les bénévoles qui ont organisé cet évènement : il est auto-organisé sur le programme mais le reste tient sur les épaules de quelques personnes (trouver la salle, la com, la nourriture, le matériel…). J’y retournerai sans hésiter l’an prochain !

Comments
  • Alexia dit :

    Très intéressant, merci Carole ! Finalement, quel est le message du jeu Happy Salmon pour une entreprise et ses collaborateurs ? Hâte de lire votre article sur Madame Irma !
    À bientôt.

    • Carole dit :

      Bonjour Alexia,
      merci pour votre message.
      Concernant le jeu Happy Salmon, il n’y a pas vraiment de conclusion à tirer. Ici, le jeu permet simplement de mettre les membres d’une équipe en mouvement lors d’une réunion et de créer de la cohésion entre eux.
      A très vite 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *